Yo man, check ma bédaine

La culture du hip-hop est souvent mal jugée, connue comme un style musical un peu sale, où les gens ne s’habillent pas particulièrement bien et où les paroles laissent parfois place à beaucoup de mépris. Je suis tombée de ma chaise quand j’ai vu l’élégant Rod Le Stod, veston cravate, cheveux bien coiffés, monter sur la scène. La classe man, la classe. Malgré qu’il ait commencé à faire de la musique très tard, soit à l’âge de 20 ans, il a réussi à prouver qu’il était loin de faire partie de la classe des débutants. Il m’a avoué qu’il pourrait passer pour un bipolaire si l’on jette un regard à son parcours : il n’a jamais étudié la musique, mais bien l’administration. (HEIN? POUR VRAI?) Ses textes engagés sont habilement écrits et il insère plusieurs onomatopées à ceux-ci, ce qui vient ajouter une musicalité supplémentaire à ses chansons. Honnêtement, c’était au-dessus de mes attentes.

Faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, fac je change mon fusil d’épaule pour être sûr de pas me tirer dans le pied.

SOUCY, SOUCY, SOUCY. Je capote ben raide. La foule en délire pourra vous confirmer que ce spectacle était digne de la cour des grands. Ses textes puissants (de la dynamite), mélangés à ce personnage prétentieux qu’il incarne à la perfection, et ses costumes marginaux, c’est incroyable. À mon avis, c’est le genre d’artiste qu’on adule, ou qu’on déteste. Personnellement, je choisis la première option. De ce qu’il m’a dit, il écrit un peu tout le temps, mais ses voyages au Brésil ont été spéciaux pour lui dans son processus de création. Les choristes-danseurs et les musiciens full INTO IT ont transformé cette soirée en bien plus qu’un simple show de musique : c’était du tout en un. Je n’ai pas pu m’empêcher de danser et de crier TOUT LE LONG. C’est un maudit de bon signe ça mon SOUCY.

Sans vouloir être prétentieux, j’ai de l’or qui m’sort par le péteux.

Ouais ben a date, soit j’suis une critique pas ben sévère, soit le Festival est juste trop bon. Tu devrais venir vérifier par toi-même.

Texte: Aurélie Leclerc
Crédit photo: Romain Lorraine

Les commentaires sont fermés.