Comme de la harpe

La neige qui recouvrait le portique de la Sala Rossa n’a pas empêché les artistes d’hier soir de se pointer le bout du nez, armés de leurs voix, de leur(s) guitare(s) et de leurs mots.

Janot, roi du finger style a ébloui toute la salle avec deux pièces de son cru. À certains moments, on aurait quasiment dit que Janot jouait de la harpe. Wow. De ce qu’il m’a dit avant sa prestation, il s’inspire de plusieurs artistes, mais Antoine Dufour reste un de ses mentors musicaux préf.

Cédrik St-Onge, avec son authenticité charmante, accompagné par sa multi-instrumentiste Anna Sanchez, a continué la soirée en force. Il a une voix franchement unique et des paroles puissantes. J’tripe Ced, j’tripe. Toutefois, j’ai malheureusement eu du mal à comprendre ses dires à quelques reprises en raison de sa prononciation un peu molle.

«T'es parti tout seul, ta tête comme seule boussole.»

En cerise sur le gâteau, c’était au tour du duo Soul & Sister, accompagné d’une violoncelliste (qui m’a complètement charmée) et d’un guitariste très talentueux. C’est Charles-David (le frère) qui compose, et en tant que critique musicale assez sévère (je suis vraiment difficile normalement, c’est sérieux), je confirme qu’il le fait avec brio. La voix angélique de Maude vient se poser sur la sienne pour faire planer leurs chansons. Seul hic : j’aurais aimé un peu plus d’harmonies vocales pour rendre le tout plus fini. Et même s’ils m’ont avoué que lui préfère le chocolat et elle la vanille, ils demeurent un duo franchement efficace.

«Le monde est vide, comme une bouteille à la mer.»

Texte : Aurélie Leclerc
Crédit photo : Romain Lorraine

Les commentaires sont fermés.